Vaucluse : la délinquance a baissé en 2018

31 janvier 2019 - 94 vues

Vaucluse : la délinquance a baissé en 2018

Les cambriolages sont en baisse de 16% en Vaucluse. Les violences volontaires ont augmenté de plus de 8%.

Il y a quelques jours, à l'occasion des voeux qu'il présentait aux forces de l'ordre, le préfet de Vaucluse, Bertrand Gaume avait tenu à rendre un hommage appuyé à ces policiers et gendarmes qui, depuis novembre, n'ont pas connu un week-end de répit. Dans un contexte difficile, marqué par l'actualité sociale, le représentant de l'Etat avait déjà donné quelques indicateurs positifs sur l'année 2018. Hier, Bertrand Gaume a confirmé que les résultats enregistrés l'an passé ont abouti "à une stabilisation voire à un fléchissement de la délinquance générale" en compagnie des procureurs Gagnoud et Guémas, mais aussi de la commissaire Marie-Josèphe Mazel, patronne de la police en Vaucluse et du colonel Salvador Munoz , responsable du Groupement de gendarmerie du Vaucluse. Apès les faits, petit touur d'horizon de la réalité chiffrée.

Les atteintes aux biens en baisse

Cambriolages, vols à main armée, vols par ruse, vols avec violence... Ils sont en baisse. Alors qu'au plan national, la baisse enregistrée était de 2,8%, le Vaucluse peut se targuer d'avoir accusé une baisse des atteintes aux biens de 8,1% (- 5,4% en 2017). En zone police, on a comptabilisé 558 faits en moins (-6,5 %) et en zone gendarmerie, ces atteintes aux biens ont diminué de 9% (-944 faits). Sur l'ensemble du département, les cambriolages ont diminué de 16%.

"Le nombre de faits (3 329) est le plus bas depuis 2014" a souligné le préfet. En zone police, les cambriolages, en 2018, ont chuté de 21,6 % ! En zone gendarmerie, de 13%. "Cette tendance témoigne de l'efficacité du travail des services en parfaite dynamique, qu'il s'agisse des patrouilles de police ou de gendarmerie"

Les violences volontaires aux personnes en hausse

C'est le point noir des statistiques du Vaucluse en 2018. Les atteintes volontaires à l'intégrité physique des personnes (violences physiques crapuleuses et non crapuleuses, menaces de violences et violences sexuelles, violences intra-familiales etc...) sont en nette progression.

En Vaucluse, entre 2017 et 2018, ces atteintes ont progressé de 8,1% (4757 faits contre 4393 en 2017).

Les violences non crapuleuses, les bagarres à la sortie de bars ou de boîtes de nuit par exemple, ont progressé de 10,1 % sauf en zone gendarmerie où elles ont légèrement diminué. Les violences sexuelles et les violences intra-familiales sont également en hausse (+19 % et +1,2 %, soit sept faits de plus en 2018) dans le secteur gendarmerie et police. 

Des résultats sur le trafic de stupéfiants

Concernant la lutte contre le trafic de stupéfiants et l'économie souterraine, eu égard aux infractions constatées (2243 faits contre 2214 faits en 2017) soit une hausse de +5 %, les procureurs des parquets d'Avignon et de Carpentras ont tous les deux été unanimes : les chiffres témoignent d'une activité pro-active des forces de l'ordre. "C'est l'action des policiers et des gendarmes qui permet de lutter contre le phénomène". Le procureur d'Avignon, Philippe Guémas a notamment évoqué les saisies de stupéfiants en bordure de Durance, du côté de Pertuis l'été dernier. "On est devenu une zone de production. Plus de 11.000 pieds de cannabis ont été arrachés. De plus en plus de gens font leur production et on ne peut pas banaliser le cannabis"

Hier, pour la présentation des chiffres de la délinquance, le préfet de Vaucluse, Bernard Gaume, était entouré des procureurs de la République d'Avignon et de Carpentras, du colonel du groupement de gendarmerie et de la directrice départementale de la sécurité publique en Vaucluse. 

En zone police, le démantèlement de trafic a également connu une hausse importante (87 affaires commencées contre 66 en 2017). Du côté de Carpentras aussi, le procureur Pierre Gagnoud a pu se réjouir après l'interception d'un go-fast entre l'Espagne et la France, impliquant plusieurs individus carpentrassiens. C'était en août dernier et 120 Kgs de cannabis avaient été saisis par les policiers de la PJ. Au total, en 2018, 177 Kgs de produits stupéfiants ont été saisis en Vaucluse contre 125 Kgs en 2017, dont 168 Kgs de cannabis (herbe et résine) et 8 Kgs de cocaïne.

Les enjeux pour 2019

En 2019, l'effort des policiers devra se poursuivre notamment en matière de lutte contre les stupéfiants, les atteintes volontaires à l'intégrité des personnes. La lutte contre la radicalisation et le terrorisme, va également se poursuivre a annoncé le préfet. Une enveloppe de 90.000€ sera consacrée au Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (FIPDR) en lien avec plusieurs associations en direction de la jeunesse pour mieux prévenir les jeunes (lutte contre la radicalisation, le complotisme, etc...) mais aussi en lien avec la Caf. 

Enfin, comme l'an passé, les forces de police et de gendarmerie poursuivront leur travail de proximité entamée l'an passé dans le cadre de la PSQ, la Police de Sécurité du Quotidien (partenariats, amélioration de l'accueil de la population, coopération avec les centres commerciaux, etc...).

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article