Le Smecta du monde entier est fabriqué à L'Isle-sur-la-Sorgue

10 mai 2019 - 152 vues

Le Smecta du monde entier est fabriqué à L'Isle-sur-la-Sorgue

Le groupe pharmaceutique d'un demi-siècle d'histoire, basé à L'Isle-sur-la-Sorgue, le groupe Ipsen y fabrique son médicament phare pour le monde entier. Rencontre avec le directeur du site, Hervé Salez, qui détaille les projets d'avenir.

Le saviez-vous ? Le principe actif du Smecta est fabriqué dans le Vaucluse, à L'Isle-sur-la-Sorgue !" Quel que soit le sachet de Smecta acheté de par le monde, il vient de L'Isle !", sourit Hervé Salez, directeur du site de production Beaufour Ipsen Industrie. Le pansement Gastro-intestinal bien connu est fabriqué à base d'argile, une argile très particulière qui a longtemps été produite dans une carrière de Mormoiron.

Le directeur du site L'Islois est Hervé Salez depuis 2008. " On connaît depuis l'Antiquité les propriétés de l'argile, au niveau gastro-intestinal, explique-t-il". Mais c'est le Dr Beaufour qui a découvert l'attapulgite sur le site de Mormoiron, aux propriétés très intéressantes et qui a eu l'idée de l'exploiter". La famille Beaufour était en recherche d'une usine et pour leur procédé, il fallait beaucoup d'eau. Ils sont alors passés à L'Isle-sur-la-Sorgue oû se trouvait cette usine désaffectée, avec un bras de Sorgue passant dans l'usine. La structure était existante, il ne restait plus qu'à développer un process spécifiquement pour le Smecta.

Le Smecta (du nom des argiles smectites) est donc fabriqué ici, et est envoyé sous forme de grands contenants de 1300 kg dans deux usines, l'une située à Dreux, et l'autre en Chine, qui conditionnenet l'argile sous la forme des sachets que l'on connaît bien en y ajoutant des arômes comme la vanille ou la fraise. Ces usines alimentent ensuite le monde entier. Le groupe Ipsen produit plus de 3500 tonnes de Smecta par an. "Nous prônons l'exellence, la mise sur le marché de produits de qualité irréprochable au service des patients", souligne le directeur.

Se développer dans d'autres domaines 

" Je suis certain que l'on va découvrir encore d'autres caractéristiques dans ces argiles", indique Hervé Salez. Aujourd'hui, la société mise sur la recherche et le développement et a créé un pilote industriel sur le site même de L'Isle-sur-la-Sorgue, un bâtiment pour lequel ont été investis 4M d'€. " C'est une usine miniature. On reproduit à petite échelle, de la dizaine à la centaine de kilos ce que l'on fait l'échelle de la tonne, avec un laboratoire de recherche et développement où travaille notre chercheur".

C'est ici que désormais tout se passe pour aller au plus profond de la matière. L'argile est un produit basique, il est analysé de façon très approfondie sur ce site, pour des application futures en cosmétologie, dans le domaine vétérinaire et dans les compléments alimentaires. Prenez une tache de gras sur de la soie, vous y mettez du Smecta avec de l'eau, elle va disparaître. Une mauvaise odeur dans le frigo, mettez une capsule d'argile et elle disparaîtra. Chaque jour, M. Salez est contacté par des laboratoires et d'innombrables propriétés connues.

Reste à les prouver scientifiquement et c'est l'objectif de ces prochaines années. " On investit dans la recherche scientifique. On ne veut pas vendre du produit pour vendre du produit, tout sera prouvé scientifiquement", explique Hervé Salez. L'argile est constituée de feuillets. Au contact de l'eau, l'argile s'ouvre et les impuretés viennent se placer dans ces feuillets. C'est ce qui se passe au niveau des bactéries également : elles sont emprisonnées dans ces couches particulières. " Nous sommes contactés par beaucoup de laboratoires nous disant qu'ils utilisent déjà les argiles à différentes fins.

Notre chercheur va analyser ces propriétés particulières. Une propriété nettoyante, par exemple, ça veut dire quoi ? L'argile enlève quel type d'impuretés ? "Tout le travail du chercheur va donc consister à analyser et tester toutes les découvertes avant, bien entendu, de mettre un nouveau produit sur le marché.

La recherche de nouveaux gisements

Le site de Mormoiron n'est plus actif depuis l'an dernier. Aujourd'hui, l'argile provient du sud du bassin méditerranéen et le groupe cherche d'autres sites de production de par le monde.

Mais, monter une usine ailleurs est inutile. c'est le procédé par voie humide développé à L'Isle-sur-la-Sorgue, et, on le comprend, resté secret, qui en fait l'unicité. " Certes, nous avons des concurrents mais notre procédé est très spécifique, il est dû à notre présence à L'Isle. Transférer notre technologie n'est pas donné à tout le monde". Des gisements sont donc explorés dans le monde, en Argentine, au Chili, en Uruguay par exemple... "Les carrières n'ont pas vraiment l'habitude, il nous faut extraire des couches de 10 ou 20 cm d'épaisseur, sans bulldozer. On procède par carottage, on analyse chacune des couches. On réalise une une carthographie de la carrière, et l'on enlève uniquement ce qui nous intéresse avec la volonté de remettre la carrière telle qu'on l'a trouvée sur le plan environnemental."

Quant au laboratoire pilote de recherche, il devrait permettre le développement de nouveaux produits à l'horizon 2025.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article