radio

C’est mon aventure. Avec Benjamin Roucayrol, créateur du jeu de société “Randognon”

Retransmettre les sensations de la randonnée autour d’une table, c'est l'idée du premier jeu de société, Randognon, entièrement réalisé par Benjamin Roucayrol, ingénieur à la SNCF.
Retransmettre les sensations de la randonnée autour d’une table, c’est l’idée du premier jeu de société, Randognon, entièrement réalisé par Benjamin Roucayrol, ingénieur à la SNCF. (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

“Pour moi l’aventure, c’est beaucoup de sentiments et d’émotions, confie avec une légère pointe d’accent du sud, Benjamin Roucayrol. C’est quelque chose qui nous transperce et nous amène dans des endroits, où l’on n’est pas encore allés. Ou alors, où l’on est déjà allé, et qui nous ramène à des souvenirs. Pour moi l’aventure, c’est le frisson.”

C’est justement la sensation que procure Randognon, le premier jeu de plateau lancé cet été par cet Ardéchois, après deux ans de préparation. Un vrai challenge pour ce jeune et dynamique trentenaire, qui propose aux joueurs de se défier en randonnant, à coups de dés. Mais attention à ne pas rester trop longtemps alignés en rangs d’oignon !

“J’ai choisi ce titre, Randognon, d’abord parce quand on coupe un oignon, on voit des lignes à l’intérieur, et ça rappelle les courbes de niveau qu’on retrouve sur les cartes de randonnée, détaille Benjamin. Et puis c’est vrai que dans le jeu, il y a toujours un moment, où on se retrouve en rangs d’oignon, donc les uns derrière les autres. Donc Randognon ça matchait complètement !”    

Tous les coups sont permis, ou presque, dans le jeu Randognon !
Tous les coups sont permis, ou presque, dans le jeu Randognon ! (INGRID POHU / RADIO FRANCE)

 “Dans le jeu, il faut penser à la météo, bien s’équiper, choisir le bon itinéraire. Tout en y intégrant un côté un peu fun et un peu vache, histoire de rire entre copains!”, souligne-t-il amusé.

Le but ? Arriver en premier. Pour cela, les joueurs parcourent une carte et jouent à tour de rôle des bonus / malus / ultras qui influencent leur vitesse d’avancement, et celle des autres. Ils peuvent stocker dans leur sac à dos tout un tas de choses : tente, coupe-vent, raquettes, collations…

Il faudra donc bien surveiller ses réserves et ses équipements, afin de ne manquer de rien, et poursuivre ainsi sa randonnée tranquillou pépère. Ce serait quand même dommage de dormir dehors sans tente et sac de couchage, ou de n’avoir plus rien à manger. Ah, et au fait, tous les coups sont permis !” Ou presque.

But du jeu Randognon : arriver en premier. Pour cela, les joueurs parcourent une carte et peuvent jouer à tour de rôle des bonus / malus / ultras qui influencent leur vitesse d’avancement, et celle des autres.
But du jeu Randognon : arriver en premier. Pour cela, les joueurs parcourent une carte et peuvent jouer à tour de rôle des bonus / malus / ultras qui influencent leur vitesse d’avancement, et celle des autres. (BENJAMIN ROUCAYROL)

Depuis 2019, Randognon a été présenté à des festivals, des bars à jeux, des associations afin d’être testé. C’est la première aventure entrepreneuriale de Benjamin. “Cela me demande beaucoup de travail, de remise en question, de déplacements, d’avis, de tests, de déceptions et de rigolades”, résume-t-il.

Concept, illustrations, communication, marketing, gestion financière, il fait tout entièrement seul. “Oui, c’est effectivement seul que j’ai décidé de me lancer dans l’aventure et de croire en mon rêve.”

Passionné par la randonnée qu'il pratique notamment en Ardèche, sa région natale, Benjamin Roucayrol a créé Randognon, un jeu immersif.
Passionné par la randonnée qu’il pratique notamment en Ardèche, sa région natale, Benjamin Roucayrol a créé Randognon, un jeu immersif. (BENJAMIN ROUCAYROL)

Une campagne de financement participatif (via Ulule) a été lancée en juin dernier avec l’objectif de mettre Randognon en production. “La production de jeu se fait sans plastique. Les matières privilégiées sont : carton, papier et bois. L’idée maintenant est de l’auto-éditer.”

Pour cet ingénieur responsable travaux à la SCNF, la création c’est sa bulle d’oxygène. “Cela me stimule, me rend heureux et m’ouvre à différents horizons. Et c’est dans les jeux de société que je laisse s’exprimer et vivre ma créativité. Et mon sens de l’humour !” Bien joué !

LE SITE DE RANDOGNON C’EST PAR ICI

2021-07-25 08:53:55

Accéder à la source

0%